Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Défilé
Mar 7 Nov - 17:19 par Invité

» Les volets bleus
Ven 3 Nov - 12:41 par Invité

» Pour Sarah quand elle aura vingt ans
Mar 24 Oct - 21:44 par V.V.W

» Des images englouties
Lun 25 Sep - 9:08 par V.V.W

» Une histoire comptée
Lun 18 Sep - 18:34 par V.V.W

» Souvenir de voyage
Ven 8 Sep - 21:19 par V.V.W

» MENSONGE UNIVERSEL
Lun 4 Sep - 22:06 par Invité

» Le Pont des Soupirs
Sam 26 Aoû - 5:30 par Shovnigorath

» Un singulier bien-être
Sam 19 Aoû - 18:28 par V.V.W

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Connexion

Récupérer mon mot de passe


le rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le rêve

Message  lui le Dim 8 Jan - 15:04

J’ai fait une nuit ce rêve étrange et extraordinaire que je vous raconte ici à la demande
de la personne qui en fut l’objet et qui j’en suis certain saura se reconnaître ;
Dans la pénombre elle était penchée sur son écritoire et sa plume virevoltait
comme accrochée à une aile d’ange dans l’ombre bleue , nuptiale et solennelle de son cabinet ;

Je suis entré à pas de loup pour ne pas attirer son attention , au demeurant elle semblait tellement absorbée par son écriture qu’elle me parut ailleurs ;
et pourtant c’était bien elle, j’avais reconnu son allure altière et la courbe si parfaite de sa nuque souple fléchie vers l avant ;
Je me suis penché sur son épaule pour tenter d’apercevoir la teneur des ses écrits et j’ai alors soudain senti monter les effluves printanières qu’exhalait sa chevelure soyeuse aux reflets chatains (image totalement empreinte de vériité m’a-t-on dit ) ;
Une sensation d’ivresse m’a saisie, et à la limite de l’évanouissement , pour ne pas perdre l’équilibre
J’ai posé ma main sur son épaule ce qui eu pour effet, contradictoire d’augmenter mon trouble et de ressentir une force occulte qui me portais,
jusque là jamais encore je n’avais eu de telles sensations ;
ce contact physique a provoqué chez elle une surprise qui lui fit tourner son regard vers moi ; c’est alors que dans la nuit auguste et bleue qui nous enveloppait j’ai croisé le rayon luisant de ses yeux comme si deux étoiles venaient de se lever sur l'horizon du firmament ;
Enhardi par cette énergie venue de l’ intérieur, je me penchai encore un peu plus, ma main descendit lentement effleurant au passage sa poitrine que je sentis frémir et se rafermir à ce furtif contact ;
toujours poussé vers l’avant je collai ma poitrine à son dos au point d’en épouser tous les détails comme pour faire fusionner nos deux corps dans une danse lente et ô combien sensuelle ;
ma main continua son chemin vers le bas jusqu’à rejoindre……………………
son poignet gracile et m’en saisir pour, là aussi, l’épouser à l'instar du reste de nos deux corps
J’eu cette sensation que nos deux êtres ne faisaient plus qu’un et en cet instant magique
nos mains réunies se sont mises à écrire sur la page blanche ;
non, ce n’était pas dans une langue cursive vernaculaire classique que nous écrivions ;
à y regarder de plus près il s agissait plutôt d’un texte comme dicté dans une langue intermédiaire entre le sanskrit et la musique ;
j’eus alors la sensation d’un immense plaisir esthétique une forme d’orgasme très cérébral ( non non je vous assure les draps n’ont pas du tout été tachés) comme si un grand opéra sacré sortait de notre plume ;
mais je compris assez vite qu’il me faudrait beaucoup de temps et de peine pour saisir la signification profonde de ce grand opéra que l’au-delà venait de nous dicter ;

je l’ai alors précisément mémorisé ( imprimé dans mes neurones… c’est fou la capacité du cerveau à enregistrer une somme de données considérable pendant la fraction de seconde que dure un rêve ! un flux de milliards de giga bits par seconde ) et depuis j’ai longuement cherché à le décrypter et j’ai trouvé ……………………….
il s agissait d’un texte védique qui montrait la vision globale de l univers à laquelle chacun d’entre nous aspire ;
la fameuse « WELTANSCHUUNG »
je vous dirai plus tard ,si le maître du temps veut bien m’en laisser l’occasion, et surtout si la personne en question m’en donne l’autorisation ici même , le contenu de notre page d’écriture et la fin de ce rêve et ses conséquences induites sur mon état !

lui
Invité


Revenir en haut Aller en bas

suite

Message  Un rêve le Dim 8 Jan - 19:43

cher invité

comme tu l'avais prédit je me suis reconnue dans tes vagabondages rêveurs. ici je te permets de terminer ton rêve et pourquoi pas de transcrire ce que nous avons écrit à 4 mains.

Embarassed

Un rêve
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le rêve

Message  lui le Lun 9 Jan - 11:04

Pour faire suite à la requête de celle qui a bien voulu se reconnaitre ici , je vous communique le début  de la transcription  sommaire du livret de l’opéra écrit (non pas a 4 mains mais avec les deux mains droites liées le temps d’un rêve) par les  deux partenaires retenus  après un  long et approfondi casting .
il sera évoqué  plus tard la « ba(l)lade »  des deux autres mains  quand  on s 'interessera au sujet de l attitude du rêveur penché  sensuellement sur le dos de la gracile impétrante.................... Pour l’heure j laissez votre imagination vagabonder !

Le livret  s’intitule : WELTANSCHUUNG  OPERA

ACTE I : deux mains enlacées dans  un décor universel :

Les éléments constitutifs de l’univers sont des parties inter-dépendantes qui communiquent entre elles par des signaux dont la  teneur  elle-même peut prendre des formes très diverses :
la terre attire la pomme de Newton  par un  signal gravitationnel
le miroir aux alouette fait usage des photons lumineux pour faire venir à lui quelques volatiles  ou quelques chimères
les particules intriquées aux confins de l’univers possède un système de communication qui d’évidence dépasse la vitesse de la lumière
des livres  des écrits où les hommes font généralement  usage de mots et de langage pour échanger entre eux ,
mais les mots sont bien dérisoires face à  un regard, une attitude , une mimique, une grimace , un dessin, souvent porteurs d’une somme d’ information bien supérieure à celle qu’un long discours serait bien incapable de rendre .
par exemple la main qui s’est attardée au passage sur le sein de notre médiatrice n’est il pas un message puissant dont la syntaxe et la sémantique rend bien des  paroles inutiles !
aujourd’hui nos mains nous servent surtout à  pianoter sur des claviers ou à communiquer avec  les écrans de  nos smartphones dans un langage édulcoré émaillé d émoticones pour raconter notre vie , nos sentiments , nos émotions ! ne  parlez vous pas plus avec votre écran  qu’avec vos semblables ?n’êtes vous pas, pas à pas  en train de vous acheminer vers le sort  du malheureux Narcisse en vous  mirant dans les pixels de la  surface des technologies tactile !
cette littérature émergente tend à supplanter toutes les autres formes de communication et qui ne s’y adonne pas risque de se couper du monde…du monde des hommes !
mais le monde des hommes n’est qu’une sous partie infime de l’univers.
Les  plantes et les animaux, les  minéraux  la matière, l’antimatière , les  particules, les anti particules ,les  étoiles , la  lumière , les trous noirs, les ondes, les  constellations, les galaxies, les mythes,  participent de la magie de l’ universalité ;

Nb :
l’acte I  est sensé présenter  de façon liminaire des considérations hétéroclites et  très banales avant d’en venir  progressivement et beaucoup plus intimement au cœur de la pièce  dont l’aphorisme germanique  « WELTANSCHUUNG » se veut  l’ archange anonciateur !

a bientôt pour  l’acte II : « chantez moi l’ ÂME »…………… et les suivants  
sous réserve de l’ obtention du  visa o combien fondamental  de la censure !

lui
Invité


Revenir en haut Aller en bas

suite

Message  Un rêve le Lun 9 Jan - 11:14

Cher lui

j'ai lu toute votre prose et suis épatée que votre rêve qui, comme tous les rêves ne dure qu'un court instant, vous rende aussi prolixe. Il est évident que vous avez mon autorisation pour tous les épisodes à venir.

A bientôt
Un rêve

Un rêve
Invité


Revenir en haut Aller en bas

dont'acte II

Message  lui le Lun 9 Jan - 15:36

Vous l’avez compris l’acte premier de ce rêve étrange nous interroge sur le thème de la communication, le temps est venu maintenant d’aborder une question plus intimiste le chant de l’âme !
On se hasarde parfois à vouloir définir des notions familières et pourtant si difficiles à cerner par des mots, comme par exemple le temps la lumière ou l’amour ;Pourtant il s’agit d’élément dont personne ne saurait nier l’existence, voire notre existence même dépend
Ainsi en va-t-il de même pour l’âme, ce vocable désuet qui recouvre un champ si complexe, parfois sujet de ricanements ou de supputations à caractère religieux ou moraliste
L’idée de l’âme elle-même tend à s’estomper dans le tourbillon du monde actuel pouir ne laisser place qu’à quelques expressions que le langage se plait à conserver
En son âme et conscience, supplément d’âme, âme damnée, sauvez nos âmes
C’est la mort dans l’âme que pauvre quidam moderne, je me sens perdu et impuissant à retrouver ce qui fait le ciment de mon être perçu comme un ramassis d’éléments disparates ( cf capharnaüm de l’acte I) à telle enseigne que je vois disparaitre la cohérance et la beauté de l’être à qui il manquerait cet élément essentiel :
l’ âme :
Malherbe l’a si bien écrit :
« Beauté mon beau soucis de qui l’âme incertaine
A comme l’océan son flux et son reflux »
Oui il nous faut passer du paraître à l être et rechercher le cheminement qui conduit vers cet horizon par delà lequel la beauté ne se fane pas et garde sa pérennité : le rayonnement de l’âme qui nous relie au souffle initial (le fameux big bang) par lequel l’univers est advenu !
quelle que soit la langue dans laquelle on l’évoque,on sent bien qu’elle fait partie de l'intuition universelle :
aum dan s la pensée indienne
qi chez les chinois
ruah en hébraïque
rûh en terre d’ arabie
pneuma dans le péloponèse
l’anima régit l’animus !
notre corps animal est fait de matiéres et d’organes qui lui permettent son fonctionnement la médecine vient même de découvrir tout récemment un nouvel organe : le mésentère
quand ma main s’attarde (en rêve !) dans la nuit bleue vaste et profonde ) sur la réalité frémissante de sa blanche poitrine est-ce son corps que je caresse ou son âme que j’effleure ?
corps et âme sont solidaires et après tout il faut bien une enveloppe pour incarner l’âme et comment atteindre le contenu sans toucher au contenant ?
Victor Hugo dans les travailleurs de la mer a eu cette phrase étonnante :
« le corps humain pourrait bien n’être qu’apparence. Il cache notre réalité… la réalité c’est l âme »
Avant de nous intéresser au devenir de l’âme quand son enveloppe corporelle meurt, interrogeons nous un instant sur son passé ; l’âme était elle en nous dès avant notre naissance ?
Devant l’aporie philosophique que nous impose ce questionnement , puisque le langage et nos facultés intellectuelles sont impuissants à définir l’âme laissons la chanter, laissons monter en nous sa mélodie aux accents éternels, oui « l’âme est en nous le seul pouvoir d’éternel ! »
Mais attention … l’âme si elle est immortelle ( cf le banquet de Platon) elle est aussi capable de négocier avec le mal et sombrer dans l’obscurantisme ; mais il reviendra à chacun d’entre nous quand il « rend l’ âme » de la restituer , pure et sans tache, comme celle qu’il a reçu au premier jour !
Merci o mon rêve, de m’avoir fait pencher la tête par-dessus cette gracile épaule ,merci de m’avoir permis de caresser ce globe opalin, mon âme est emplie de gratitude à vous qui m’avez autorisé à écrire ce pensum .
:

Nb :l’acte II tentant de dire l’indicible de l’âme peut vous sembler quelque peu ésotérique ; rassurez vous mon rêve est loin d’être terminé et il va nous ramener sur des considérations beaucoup plus pragmatiques ( quoique je me méfie de la présence de matière noire !)
A cor et a cris je vous dirai l’acte III intitulé « sois sage ô ma douceur et tiens toi tranquille »
mais j’ai vraiment besoin du visa préalable et bienveillant de la censure car si je me souviens bien dans mon rêve il est question de choses dont le réalisme sur le vivant pourrait choquer les âmes les plus sensibles !


lui
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le rêve

Message  3eme oeil le Lun 9 Jan - 16:44

C'est en mon âme et conscience que je vous invite à poursuivre votre récit plus que passionnant. Il n'est pas question de censure mais plutôt d'intention.. et quand on parle de l’âme, qu'on est en quête de compréhension de ce qu'elle peut être par essence, ce que nous sommes, alors l'intention ne peut être que bonne et pure me semble-t-il..
Pour le reste, votre récit étant l'expression par la retranscription de votre rêve, que vous voulez bien nous dévoiler afin de nous partager ce moment de grâce qui vous toucha, il serait absurde de vouloir en occulter certains passages..
C'est donc avec impatience que nous attendons de lire l'acte III

3eme oeil
Invité


Revenir en haut Aller en bas

à deux

Message  Un rêve le Lun 9 Jan - 18:47

J'ose espérer que ce rêve ne comprenait que 2 personnes et qu'un 3ème oeil en était absent. On me jugera peut-être "coincée" mais je n'ai jamais été intéressée par les parties à 3 ou plus ...

Au plaisir de lire la suite ...

Un rêve
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le rêve

Message  3eme oeil le Lun 9 Jan - 19:00

lol pas d'amalgame ici le 3eme oeil se contente de veiller à ce que ce qui est édité reste acceptable selon les bonnes règles d'usage de ce forum. Ne mélangeons pas tout si vous voulez bien Wink
Cordialement,

3eme oeil
Invité


Revenir en haut Aller en bas

acte 3eme

Message  lui le Lun 9 Jan - 22:00

Voir Les gens tels qu’ils sont et non pas tels qu’ils voudraient être, voilà la fonction originelle du 3eme œil ! Enfin celui de lopsang rampa ;
mais en l’occurrence j’avais bien compris qu’ il s’agit de celui de la censure à laquelle j’ai explicitement (et sagement) demandé son visa pour poursuivre mon récit !
Le troisième œil a cligné de sa paupière espiègle et m’ a répondu positivement ,en restant strictement dans le rôle qui est le sien !
J’ assure personne d’autre que l’esprit qui dictait le livret de notre opéra , n’opéra ni n’ interféra dans les sensuels ébats vécus dans mon étrange rêve au cours de cette nuit bleue vaste et profonde ;
Régisseur levez donc le rideau sur cet acte III
Acte III : sois sage o ma douceur et tiens toi tranquille !
Une voix de castra, mezzo-soprano coloratura, chante en arrière plan tandis que seuls les deux personnages ( elle et lui) se tiennent immobiles sur la scène :

♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.♪♫*¨*
Soyez sereins, aucun autre démon lubrique
Aucun autre hidalgo héroïque
Ne viendra partager tout à sa guise
Ni les douceurs , ni les élans de vos âmes éprises

Un jour ou peut être une nuit, d’aucun se dit j'oserai
j'oserai venir dans votre grand lit carré
pour vous chuchoter les mots jusque là toujours tus
en vous offrant la rose blanche de sa vertu

♪♪♪♪♪♪♪♪ ♪♪♪♪♪♪♪♪
(He oui c est un opéra genre complet qui participe de différents arts, tout à la fois lyrique, scénique, visuel, poétique , donc la musique est forcément de la partie … elle ! )
Après ces éléments de contexte pour placer l’acte III ,nous voici plongés dans le trouble et les affres du changement radical d’image et d’atmosphère :
Les gens tels qu’ils voudraient être :
Avec l’aide du botox et d’un bistouri savamment utilisé on peut opérer un changement morphologique et faire naitre une autre image dans le miroir de la psyché
A coups de prothèses mammaires et d’implants fessiers un corps simplement naturel et beau peut devenir celui d' une bombe callipyge et la matière charnelle restera la matière; mais qu’en sera il de l’ âme qui l’habite ?
Eh oui voilà nous sommes arrivés à la question fatidique dichotomique : corps-esprit/soma - psyché !
Selon Aristote tout être est un composé analysable en matière et forme. Dans toute étude, « il faut garder à l'esprit qu'on ne doit pas seulement faire mention de la matière et voir là le but de la recherche, mais qu'on doit s'attacher à la forme totale ».
« L'âme est l'entéléchie première d'un corps naturel organisé. Aussi n'y a-t-il pas lieu de se demander si l'âme et le corps ne font qu'un ! »

Dans sa lettre du voyant A. Rimbaud nous donne une voie pour opérer une transformation spirituelle :
« Je est un autre. Cela m’est évident : j’assiste à l’éclosion de ma pensée : je la regarde, je l’écoute : je lance un coup d’archet : la symphonie fait son remuement dans les profondeurs, ou vient d’un bond sur la scène.
La première étude de l’homme qui veut être poète est sa propre connaissance, entière ; il cherche son âme, il l’inspecte, il la tente, l’apprend. Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant.
Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. »
Nb :
Difficile d’oublier l’âme, mais nous avons été assez bassiné avec elle au second acte ; c’est de plaisirs charnel de douceur, de luxure dont cet acte doit traiter !
Les deux corps lovés penchés sur le grimoire semblent ne faire plus qu’un :
Une main de dix doigts côté droit pour transcrire le message venu d’en haut ;
Tandis que deux mains gauches bien distinctes semblent à la recherche d’un ailleurs, le soyeux triangle des délices que la morale interdit de qualifier autrement ici
La voix du castra, mezzo-soprano coloratura, aux accents langoureux
s’élève de nouveau des profondeurs de la nuit bleue :

♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.♪♫*¨*
Sois sage ô ma douceur et tiens toi plus tranquille
sa main cherche du bout de son doigt rose
Un peu de douceur sur ses lèvres mi closes
Sois sage ô ma douceur ce n’est pas si facile

Sous le fouet du plaisir, ce bourreau sans merci
ô ta main agitée d’une amoureuse adresse
m’apporte tant de douceur et d’ivresse
Je ne veux pas succomber maintenant et ici

sois sage ô ma douceur et tiens toi tranquille
là où il n’y a que le rêve et l’imaginaire
sois sage ô ma douceur reste un peu pépère
pourquoi faudrait il que naisse une idylle
!
♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.*¨*♫♪♪♫*¨*.¸¸❤¸¸.♪♫*¨*

NOIR ! rideau ! Fin de l acte III
En attendant l’acte IV intitulé « LA TRANGRESSION » un quart d’heure d’entre acte
(Vous pouvez rallumer vos portables et vous y mirer ) Boissons, chocolats glacés à votre disposition au bar…. attention l’abus d’alcool est dangereux « le troisième œil » surveille votre consommation !

lui
Invité


Revenir en haut Aller en bas

acte 4eme la trangression

Message  lui le Mar 10 Jan - 13:52

ACTE IV   " la trangression"

la voix du castra soprano coloratura s'élève à nouveau au coeur de la vaste et profonde nuit brune
à l'évidence la suite vous montrera que le rêveur et le castra sont  deux personnes bien différentes
en effet  l'organe du rêveur apparait tellement plus grave (et plus entier !) que celui de notre jeune chanteur !

régisseur de rêves merci d' envoyez la musique pour accompagner les 16 strophes d'ébats qui suivent :

Je sens au travers de sa chemise
la douce caresse de son corps
Je m’égare dans les méandres de ses boucles d’or
tout n’est que sensualité dans les bras de ma promise

les fruits de la volupté sur sa blanche poitrine
Dans la nuit bleue tout son être rayonne
chaque  fibres de ma chair frissonne
et mon désir grandit là où l’esprit le devine

ma bouche sur ses lèvres au toucher onctueux
la symphyse qui palpite et se dresse
entre les mains blanches de ma déesse
encore et en corps jouons à ce jeu merveilleux

sous le  tissu de sa robe légère et vaporeuse  
danse l’ombre sombre d’une toison secrète
ma main se glisse, taquine et alerte  
lentement jusqu’ aux formes pulpeuses

Emportés par un indicible vertige
deux corps enlacés  s’enroulent et se tordent
se  saoulent d’amour et s’accordent
un lutin rêveur et une déesse callipyge

le doux nid des humides caresses
au creux du ventre chaleureux
accueille mon petit oiseau de feu
redoublant  d’ardeur et d’ivresse

ses hanches rondes et voluptueuses
ondulent d’une danse langoureuse
nos langues  coquines et  agiles
accompagnent nos attouchements subtils

je goûte à ce fruit défendu
par le désir et l’ardeur pourfendu
sa pulpe son musc et son suc m'allèchent
du fruit de la passion et de sa divine liqueur, je me pourlèche

jaillissant du fond de mes abîmes
un jet onctueux de sèves sublimes
inonde  les appas troglodytes
cachés sous le blond gazon d’Aphrodite  

Au sublime  jardin d'Aphrodite
j'ai cueilli cette fleurs inédite
quand la rose s'est ouverte
quelle sublime découverte

Des perles de rosée
sur sa rose déposées
des perles de rosée fécondes
instillées au sein de sa chair profonde

des perles de rosée
sur ses lèvres osées……
comme une blessure fine et profonde
une fleur est devenue l’origine du  monde

un bouton de rose odorante
source des délices jaillissante
à la lueur de l'aurore
une  fleur sublime venait d'éclore

et ,  passés ces moments d’indécence
est venu  le temps de la détumescence
j'adresse alors  un sourire complice et  limpide
à cette amie  bien  intrépide

sous Le regard blond de la lune
au coeur de la profonde  nuit brune
les mains fraîches du vent
agitent ses cheveux ondulants

le scintillement des étoiles brillantes
plonge au fond de ses yeux d'amante
mon regard s'attarde sur son corps nu et voluptueux
drapé  dignement dans la voûte des cieux

puis je m’éveille ;   ce n’était qu’un rêve utopique
mais ô combien agréable et érotique
j’entends Le ressac du vaste océan et son éternelle  lame
vient se briser inexorablement  au bord de mon âme


en attendant l'acte V : " la rédemption" évidemment !

lui
Invité


Revenir en haut Aller en bas

la rédemption

Message  LUI le Mar 10 Jan - 20:00

ACTE V «  LA REDEMPTION »

Après une intense activité sexuelle ci-dessus relatée et non censurée  (merci le 3eme œil) !
vient  le temps  de la détumescence et surtout  de la paix par le  rachat des péchés de la chair
voici donc l’acte de  la  rédemption !
attention, je le dis d’emblée  la  rédemption n’impose  pas la chasteté  
ô  ce fut  tellement délicieux, je ne peux me résoudre à ne pas  recommencer encore et en corps!!!!
d’ailleurs comment pourrais- je m’engager à ne plus rêver  , à ne plus goûter aux délices de l’amour, à ne plus envisager l’accomplissement de mes désirs ,à ne plus espérer des nuits d’extase charnelle, à ne plus fantasmer ?
Autant renoncer à vivre , il ne s agit pas ici  de la  rédemption  biblique qui doit  racheter tous les péchés du monde !
il s’agit seulement de me faire pardonner  mes   propres erreurs, moi qui ne suis qu’une petite poussière dans l’infini de  l’univers !
Après ces considérations liminaires il faut  tout de même bien passer  à l’acte V qualifié de  rédempteur
On a beau me répéter que l’univers existe depuis 14 milliards d’années , que je ne suis qu’un grain de poussière , c’était bien moi  là cette nuit là  qui  connut  l’extase à vos côtes  et vécu une seconde d’éternité
mon âme  qui était dans mon corps en ces instants se souviendra-t-elle  de tout quand elle quittera son enveloppe charnelle
Si  lors  de  sa vie  éternelle mon âme  n’oublie pas  les aventures de mon corps, je ne peux pas nier  présentement que j’ai  conscience d’avoir une âme !
Et mon âme humaine a besoin de châtiment  rédempteur et d’honneur réparateur :

- Mon châtiment  ce sont  les  regrets que mon  rêve ne fut pas réalité

- Et mon honneur c’est d’en faire ici  l’aveu  public  !



Voilà je l’ai écrit à l’encre  rouge , couleur de sang , obtiendrais-je  votre  absolution ?
cet acte est il  suffisamment rédempteur à vos yeux   ?
C’est à vous et rien qu’à  vous  qu’il appartient d’en juger
Quelle  que soit  votre décision  et malgré  ce rêve qui a touché  au plus intime de nos êtres,  vous restez toujours  une inconnue pour moi
Et surtout…………………..JE  reste moi-même inconnu de moi  même car  «  JE est un autre » ( cf acte 2 Rimbaud ) !

Je vous ai raconté les grandes lignes de mon rêve  qui a fleuri sur le terreau de mes  désirs et de mon inconscient  , il  restera   pour moi un mélange d’évidence et de mystères :
- Evidence qu’il révèle certaines de mes   pulsions
- Mystère par  sa complexité effarante  et les chemins qu’il m’a fait emprunter
-
Ainsi va l’aventure de la vie, étapes après étapes, nous avançons  sur une voie sacrée, émaillée de rêves,  bordée de  besoins  d’ouverture,( d’où les carrefours),  de dépassement de soi ( d’où les doubles files),  de métamorphose et de transfiguration ( d’où les rêves)
Et cette  marche  en avant  au gré du souffle vital n’est pas freinée  par la petite mort  (l’orgasme des libertins) ,bien au contraire, elle s’en trouve accélérée  (o mon dieu quel coup d’ accélérateur  vous m’avez donné  cette nuit là !
Quant à franchir l’étape qui va  de la petite à la vraie mort,  la camarde !!! c’est  une toute autre affaire  et j’espère  bien faire encore quantité d’expérience de petite mort  avant  de la franchir pour de bon cette ultime étape !  amen !
Rendez pour un  éventuel  acte  final  qui pourrait  peut être s’intituler
"La plénitude de la   WELTANSCHUUNG"

LUI
Invité


Revenir en haut Aller en bas

acte VI : l 'échec de la weltanschuung

Message  LUI le Mer 11 Jan - 11:17

ACTE VI et dernier   ( à moins que .....) : ECHEC DE LA WELTANSCHUUNG

"Couvrez ce sein, que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées,
Et cela fait venir de coupables pensées."

Pourquoi ai-je donc tant d’inclinaison à regarder la femme  d’un regard allumé d’un désir lascif et sensuel.
L’appétit du plaisir à la chair serait il  pour l’homme  insatiable ;
ce qu’il ne peut toucher avec les mains,  il  l’embrasse du regard ou pire je le vis en rêve …en fantasme
et il en  extrait du fond de son âme parfois de bien vilaines  paillardises ;
mais porter son regard vers l’impudeur n’est pas péché mortel selon la loi de notre grand  rédempteur

« Ah ! pour être dévot, je n’en suis pas moins homme !  
Le ciel défend, de vrai, certains contentements.
Mais on trouve avec lui des accommodements ».

en nous , souvent s’allume les feux de la concupiscence  ne condamnons pas nos nos yeux,
ils   ne sont,  après tout , que des étincelles pour allumer ces feux là

pourquoi alors passer de la transgression à la rédemption …… jusqu’à le renonciation
ce serait une coupable et grossière  erreur car ce serait faire fi de  la beauté, ah la beauté  .

 j ai le même rapport ( intellectuel s’entend, car je n ai encore jamais partagé leur lit  !)  avec  les étoiles  qu’avec la gent féminine qui elle aussi compte quelques brillantes stars .
celles là  que je ne peux pas  atteindre  de mes  mains  je les embrasse souvent du regard :
elles allument en moi tant de rêves, tant de transports   aux sensations égales de vertige que me procure l’orgasme sexuel
.
nous voilà enfin  revenu, après toutes ces circonvolutions , au thème central de ce rêve :
la découverte,  la recherche, la compréhension du monde , l imagination, l’inaccessible !

pour l’homme, il n y a pas de chose plus exquise  que de nourrir sans cesse l' espoir d’atteindre  le  graal et d’ouvrir  les portes du  nirvana .
chacun fait usage des moyens dont il dispose pour ce faire :
les uns avec l'usage intensif de leur sexe, les autres avec des substances hallucinogènes, d’autres par la religion, d’autres enfin par la méditation transcendantale, d’autres encore avec les quatre à la foi(s) !
je ne vais pas ici vous conter les étoiles, je l’ai déjà fait (si modestement) par ailleurs ;
 mais j’ai simplement cherché à vous raconter  un rêve et ce faisant, vous faire partager  ma totale incapacité ( mais non mon renoncement) à comprendre le monde !
l’acte VI commencé avec MOLIERE ce sont les mots de  MONSIEUR  ARAGON  qui concluront
mon petit pensum qui , à LUI ( le petit lutin) , mais  surtout à ELLE  (la belle Aphrodite callipyge)
aura donné tant de maux de tête

nb :  je rembourse l’aspirine à 100%  sur présentation des factures


« C’est une chose étrange à la fin que le monde
un jour je m en irai sans avoir tout dit
ces moments de bonheur ces midis d ‘ incendie
la nuit immense et noire aux déchirures blondes

Rien n est si précieux peut être qu’ on le croit
D’autres viennent ils ont le cœur que j’ ai moi-même
ils savent toucher l herbe et dire je vous aime
et rêver dans le soir ou s’eteignent des voix

D’ autres qui referont comme moi le voyage
d’autres qui souriront d un enfant rencontré
qui se retourneront pour leur nom murmuré
d’autres qui lèveront les yeux vers les nuages

il y aura toujours un couple frémissant
pour qui ce matin là sera l’aube première
il y aura toujours l’eau le vent la lumière
rien ne passe après tout si ce n’est le passant

C’est une chose au fond que je ne puis comprendre
Cette peur de mourir que les gens ont en eux
comme si ce n’était pas assez merveilleux
que le ciel un moment nous ait paru si tendre

Malgré tout je vous dis que cette vie fut belle
qu’à qui voudra m’entendre à qui je parle ici
n’ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci
je dirai malgré tout que cette vie fut belle »



« QUE LA VIE EN VAUT LA PEINE »
de  LOUIS ARAGON

LUI
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le rêve

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum