Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Des images englouties
Lun 25 Sep - 9:08 par V.V.W

» Une histoire comptée
Lun 18 Sep - 18:34 par V.V.W

» Souvenir de voyage
Ven 8 Sep - 21:19 par V.V.W

» MENSONGE UNIVERSEL
Lun 4 Sep - 22:06 par Invité

» Le Pont des Soupirs
Sam 26 Aoû - 5:30 par Shovnigorath

» Un singulier bien-être
Sam 19 Aoû - 18:28 par V.V.W

» IMAGO
Dim 18 Juin - 14:20 par Invité

» Chimères Hasard et nécessité
Sam 17 Juin - 23:44 par V.V.W

» UN AMOUR FOU
Sam 17 Juin - 16:06 par Invité

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Souvenir de voyage

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Souvenir de voyage

Message  V.V.W le Ven 8 Sep - 21:19

Un thé… Une invitation

Devant un thé fumant aux effluves délicats, mes yeux se ferment et mes neurones à l’affût d’un moment de quiétude ouvrent un tiroir d’où s’échappent des souvenirs envahissant peu à peu ma bulle hermétique…  

Le Moyen Orient frappe à ma porte… Qu’il entre !!! Je me sens encline à vivre à nouveau ce premier choc, celui qui m’a figée à la sortie de l’aéroport, celui qui a obligé mon pauvre cerveau à chercher des réponses aux multiples questions qui traîtreusement m’ont assaillie des nuits durant. Tandis que l’air brûlant se déversait dans mes poumons, ma tête recouvrait ses esprits. Les siens ceux qui se dérobaient à mon entendement… A la place de demander au taxi de m’amener à l’hôtel, je suis surprise de m’entendre, dans un anglais approximatif, presque supplier de m’amener boire un thé dans un endroit de la ville de sa convenance. Après un instant de flottement, il acquiesce. Me voici assise sur une chaise bancale d’une ancestrale table dans un quartier poussiéreux où seuls quelques hommes fument le narguilé près de moi ; ce lieu est étonnamment vide de tout touriste, pour cause les occidentaux détestent el-Arafa ; la Cité des Morts inspire la peur ; non pas celle des tombes mais celles des vivants déambulant dans la saleté ; cette vision dérange ; moi elle me surprend un peu mais je ne porte jamais aucun de jugement sans connaitre. L’homme qui m’a conduit ici, reste dans la voiture garée sous un soleil de feu… Je me lève et l’incite à me rejoindre. Après une hésitation, il me rejoint ; dans le même anglais que le mien, il me fait comprendre que notre conversation sera des plus difficiles… Un vieil homme près de nous lui pose une question en arabe ; en me désignant avec respect, il répond lentement dans une langue qui n’est évidemment pas la mienne mais qui pourtant me semble familière. Rapidement, un autre homme hélé par le vieux monsieur se joint à nous… Ohhhhhhhhhhhh… Il s’exprime en français… Devant mon étonnement, il m’explique que jeune dans les bidonvilles de Calcutta il a rencontré une personne exceptionnelle qui a changé le cours de  sa vie… Sœur Emmanuelle. Nous sommes restés à parler tous les trois, puis tous les quatre puis tous les dix dans cet endroit étrange où j’humais à la fois le parfum des épices et d’un rosier sauvage qui grimpait le long d’une tombe. La nuit descend vite et le chauffeur de taxi devait rejoindre sa famille. Toutefois, j’assiste à la prière, l’Adhan… Quelle ferveur !!! Après la prière, le vieux monsieur me lit quelques phrases du Coran… et me dit de bien écouter les vers …  c’est de la poésie ??? Oui, répondit-il en souriant… Ils m’offrent tous à leur manière une part de leur vie quotidienne… Il est l’heure quitter cet endroit étrange mais cependant apaisant dans cette ville grouillante…
Devant l’hôtel, Hélias me demande l’équivalent de 10 francs pour une course qui avait duré une bonne partie de la journée et de la soirée… après une âpre négociation, il accepte 40 fr et la proposition de venir me chercher tous les jours tôt le matin et de m’amener aux endroits de sa convenance afin que je visite le Caire et sa banlieue… Quatre jours de pur bonheur avant un nouveau choc… les pyramides certes, mais surtout le désert ; lieu magique à de nombreux égards.
Je me suis rendue plusieurs fois en Egypte et à chaque fois je suis tombée sous son charme mais rien de comparable cependant à l’attrait qu’exerce sur moi la Jordanie… je recule le voyage en Israël persuadée au fond de moi qu’il bouleversera aussi mon être profond.

Pourquoi donc ces pays sont-ils tous des endroits que j’affectionne particulièrement ? Pour quelles raisons, leurs paysages, leurs coutumes, leur langue me paraissent-ils si familiers ?
Pourquoi le désert est-il un lieu dont je ne me lasse jamais surtout lorsque dans la nuit glaciale, tous mes sens sont en alerte en observant l’immensité étoilée ? Dois-je me référer à une mémoire collective ou lui préférer celle d’une vie antérieure ou suis-je le jouet de mon imagination ou un défaut dans la matrice ?..... Toujours aucune réponse, juste quelques profonds ressentis.
avatar
V.V.W

Messages : 15

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum